Un édifice à étages

P1050350
Sainte-Chapelle, chapelle haute

Simone, je préfère te le dire tout de suite, on va parler d’un de mes monuments préféré à Paris, si ce n’est mon préféré ! La Sainte-Chapelle !

Et la première bonne nouvelle, c’est que si tu as moins de 25 ans, c’est gratuit pour toi, pour la visiter !

Si je te dis que la Sainte-Chapelle est une chapelle, tu ne devrais pas être surprise Simone. Mais pourquoi pas la Sainte-Eglise ? Une chapelle est souvent un lieu de culte au sein d’un ensemble de bâtiments. On en trouve dans les châteaux ou dans les hôpitaux par exemple. Ça peut être aussi un édifice secondaire dans une paroisse. Et une chapelle peut être privée, pour une seule personne et son entourage. C’est exactement ce qu’était la Sainte-Chapelle à l’origine : une construction au sein d’un ensemble, le Palais de la Cité est privé car destinée au Roi et ses proches (famille et religieux).

Nous avons élucidé le pourquoi du terme « chapelle ». Maintenant, il faut se pencher sur le terme « sainte », parce qu’il y a beaucoup de chapelles dans le monde mais peu d’entre-elles sont saintes.

La Sainte-Chapelle renfermait un trésor religieux, ce que l’on appelle des reliques. Peut-être as-tu déjà entendu ce terme mais tu ne sais pas exactement ce que ça signifie. Une relique, c’est ce qui reste du corps d’un Saint ou bien tout objet ayant été en contact avec ce Saint. Dans le cas du Christ et de la Vierge, il ne peut pas y avoir de relique de leur corps car ces derniers ont disparu de Terre à leurs morts. Mais tu l’imagines, les objets ayant été en contact avec l’un de ces deux personnages de la religion chrétienne sont les plus précieux de tous. Les plus célèbres pour le Christ sont les reliques de la Passion, c’est-à-dire tout le processus avant la mort de ce dernier. Et le plus précieux parmi cet ensemble, c’est la Couronne d’Épines, celle que l’on a posée sur la tête du Christ avant sa crucifixion. Tu comprends donc que, en tout temps, le gars qui possède la Couronne d’Épines pèse dans le game des reliques.

P1050353
Sainte-Chapelle, voûte

Au début du XIIIème siècle, c’est ce cher Baudouin II de Courtenay qui en est propriétaire, empereur franc d’Orient depuis 1237. Elles sont conservées à Constantinople (aujourd’hui Istanbul) depuis le IVème siècle. Et Baudouin est un peu endetté à force de se battre contre tout le monde ou presque. Pour financer ses guerres et son empire, il décide de mettre en gage la Couronne d’Épines.

Cette information arrive aux oreilles du Roi français de l’époque, Louis IX, aussi appelé Saint-Louis. Il a envie d’en mettre plein la vue à ses voisins du Saint Empire romain germanique avec qui il n’entretient pas les meilleures relations. Il décide en 1239 d’acheter la Couronne d’Épines. Le 18 août 1239, la Couronne d’Épines fait son entrée à Paris. Elle est installée dans la chapelle Saint-Nicolas sur l’île de la Cité. Cette Couronne a coûté très cher : 135 000 livres tournois, ce qui équivaut à plus de la moitié du revenu annuel du domaine royal et à plus que la construction de la Sainte-Chapelle. C’est dire à quel point il est important d’avoir des reliques ! C’est un acte religieux et politique.

P1050349
Sainte-Chapelle

 

Deux ans plus tard, en 1241, Louis IX achète d’autres reliques dont un morceau de la Vraie Croix. En 1242, Louis IX possède 22 reliques du Christ et d’autres Saints. Hé ouais mon pote, on ne rigolait pas avec l’importance des reliques à l’époque !

Le Roi doit mettre en sécurité ses acquisitions et leur offrir un édifice digne de ce nom. C’est comme ça que la Sainte-Chapelle va naître. La construction est rapide, de 1242 à 1248. Cette chapelle a coûté 40 000 livres tournois, bien moins que les reliques en elles-mêmes ! Le nom de l’architecte est inconnu. Mais le travail est remarquable, même si ce que l’on peut voir et visiter aujourd’hui résulte surtout d’une grande restauration du XIXème siècle.

Toutes ces reliques sont la propriété du Roi. Ainsi, il n’est pas rare de voir Louis IX et ses successeurs enlever quelques épines de la Couronne ou quelques morceaux de la Vraie Croix pour les offrir aux institutions religieuses de leur choix. En effet, le partage de la relique n’en diminue pas sa sainteté.

Les reliques sont conservées dans une châsse, une sorte de grande boîte spécialement faite pour ça. Il y a dix clés pour ouvrir la grande châsse et le Roi les porte sur lui en permanence.

P1050363
Sainte-Chapelle, reliquaire

La Sainte-Chapelle n’étant pas un lieu public à l’époque, les reliques étaient présentées  aux fidèles chaque vendredi saint depuis 1248.

Aujourd’hui, la Sainte-Chapelle a perdu sa fonction de conservation des reliques. D’abord, il y a eu la Révolution Française qui a fait quelques dégâts au bâtiment mais les reliques ont globalement été épargnées. Mais à partir de 1793, elles sont transportées à la basilique Saint-Denis. Dans le transport, certaines vont disparaître. Aujourd’hui, les reliques sont conservées à la cathédrale Notre-Dame de Paris et sont visibles tous les premiers vendredis du mois et les vendredis saints.

Voilà Simone, en quelques lignes, une présentation de la Sainte-Chapelle. Evidemment, il y aurait beaucoup d’autres choses à ajouter, sur l’Histoire, sur les vitraux qui font la renommée de la Sainte-Chapelle. Mais je vais laisser la curiosité te piquer…

Et surtout, va la visiter ! Et quand tu iras, ne fais pas comme certaines personnes que j’ai pu voir : visiter la chapelle basse et partir en disant « c’est juste ça ? Je comprends pas pourquoi on en parle autant ! ».
La Sainte-Chapelle, c’est un édifice à étages, alors prend l’escalier qui se trouve dans l’épaisseur des murs et va découvrir la chapelle haute, véritable star du lieu !

 

 

 

Maps Informations pratiques :

Sainte-Chapelle de Paris

8 boulevard du Palais

75001 Paris

 

 

Source : Google Maps

 

Sources :

BERTHOD Bernard, Reliques et reliquaires, l’émotion du sacré, CLD éditions, 2014

DE FINANCE Laurence, La Sainte-Chapelle, Palais de la Cité, Editions du patrimoine, CMN, Paris, 2012

DILLANGE Michel, La Sainte-Chapelle, Rennes, Editions Ouest-France, 1994

DURAND Jannic, Le trésor de la Sainte-Chapelle, Paris, RMN, 2001

PERROT Françoise, Regards… La Sainte-Chapelle de Paris, Editions du patrimoine, CMN, Paris, 2013

Site de la Sainte-Chapelle : http://www.sainte-chapelle.fr

Base Mérimée, Sainte-Chapelle

Wikipédia Sainte-Chapelle

Wikipédia Reliques de la Sainte-Chapelle

Document de visite de la Sainte-Chapelle, CMN

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s