Pourquoi c’était important

Chers habitants de la planète Terre, nous sommes trois françaises, âgées de 23 et 24 ans. Nous avons l’immense chance d’être en vacances deux semaines en Grèce, parcourant les Cyclades et Athènes.

Aujourd’hui, mardi 8 novembre 2016, il fait chaud à Naxos. Nous pensons qu’il fait entre 20 et 25°C. Nous commençons notre journée en allant voir de plus près une église et un monastère. Ça nous permet de monter dans les hauteurs de Chora, capitale de l’île. D’ici, la vue est à couper le souffle : la mer, les plages, la montagne, la ville, tout y est. C’est notre dernier jour sur l’île et avec cette chaleur, on se dit qu’on irait bien profiter des belles plages faites de sable fin et d’eau turquoise qu’offrent généreusement les Cyclades. Du monastère, on aperçoit une jolie crique, on se dit que ça pourrait être notre spot pour quelques heures. Ravies de cette idée et de cette future belle découverte, nous y descendons allègrement. Malheureusement, la beauté de l’histoire s’arrête ici.

WP_20161108_12_32_19_Pro

Nous découvrons une plage recouverte de déchets de toutes sortes, à la limite d’être une décharge alors que le paysage y est magnifique. Que s’est-il passé ici ?

WP_20161108_12_32_27_Pro

Nous nous sommes rencontrées toutes les trois en Bretagne. Nous sommes des habituées des plages. Et surtout, des grandes adeptes de balades pieds nus dans le sable. Voir une si belle plage dans un tel état… Nous y croyons à peine. Le bruit des bouteilles plastiques se cognant sur les pierres remplace celui des vagues qui s’éteignent sur le sable.

Nous ne sommes pas écologistes dans l’âme, nous ne mangeons pas bio, nous n’avons pas de jardins sur nos balcons. Et pourtant, partir en laissant la plage dans cet état nous paraissait impensable. Alors, nous choisissons d’agir.

WP_20161108_12_55_23_Pro

 

Une petite supérette quelques mètres plus haut nous permet d’acheter le nécessaire, et nous nous lançons pour deux heures de nettoyage. Nous savons que nous ne nettoyons que la surface, mais c’est déjà un geste. En deux heures, nous remplissons sept sacs de 160 litres !! Les poubelles qui accueillent nos sacs sont un peu plus haut sur la rue. Nous savons que nous n’avons pas tout nettoyé, mais en partant, nous espérons que quelques locaux verront le changement et finiront notre travail.

 

 

 

WP_20161108_15_14_49_Pro

Nous espérons aussi, par ce texte, et par ces photos, que vous agirez. Agir, c’est juste mettre un papier dans la poubelle au lieu de le mettre à côté. Mais agir, c’est aussi prendre un sac et ramasser tout ce qui traîne autour de soi, jusqu’à le remplir et le jeter dans une poubelle. 

 

Ce petit texte date d’un peu plus d’un an. Depuis, je pense que notre envie de protéger la planète a encore grandi.

Mais aujourd’hui, ma petite Simone, je me demande pourquoi c’était important ? Important de le faire ? La goutte d’eau de l’océan, le grain de sable du Sahara. Et surtout, comment ont été traités les déchets qu’on a ramassés ? Peut-être sont-ils retournés dans la nature mais peut-être aussi qu’ils ont été traités correctement.

Un an plus tard, je suis au Maroc. Et malheureusement Simone, le paysage est similaire. C’est bel et bien un problème qui n’a pas de frontière. Un papier s’envole sur une plage française et peut se retrouver sur les côtes atlantiques du Maroc.

 

Alors c’est sûr que c’était important, ça ne nous a coûté qu’un infime temps de notre vie. C’est sûr que c’était important, car pour la planète, il n’y a pas de petit geste.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s